Demande en mariage et influence audiovisuelle

La demande en mariage constitue déjà en soi un évènement. En effet, depuis ces dernières années, elle est devenue une action qui doit être inoubliable et qui parfois, relève du spectaculaire, alors même qu’elle ne dure généralement que quelques minutes. Aujourd’hui, comme le déclare la sociologue Florence Maillochon, spécialisée dans l’étude des relations interpersonnelles, la demande en mariage « s’est progressivement imposée comme une étape quasiment indispensable du parcours matrimonial[1] ». Plus précisément, au-delà du fait d’être devenue un incontournable, la demande répond bien souvent à une mise en scène déterminée, où rien ne doit être laissé au hasard. La sociologue utilise même les termes de « scénario », « scénographie » ou encore d’« improvisation », prouvant que ce moment de vie est à mettre en parallèle avec un spectacle de théâtre ou avec un film.

Cependant, la demande en mariage comme évènement sensationnel semble être un phénomène récent et a été largement influencée par les contenus audiovisuels. En effet, certaines personnes cherchent précisément à faire une demande aussi exceptionnelle que celles présentes au cinéma, à l’image de celle de Christian Grey à Anastasia Steele dans Fifty Cinquante Nuances plus Sombres[2] : endroit intimiste où ils ne sont que tous les deux, décor d’une multitude de fleurs et lumières, genou à terre et bague surdimensionnée. Ajoutez à cela une musique douce (certes extra-diégétique ici) et un feu d’artifice pour finir en beauté.

 

Il en va de même pour Barney Stinson faisant sa demande à Robin Scherbatsky dans How I Met Your Mother[3], à l’endroit que celle-ci préfère dans New York : pétales de roses éparpillés sur le sol, bougies et lanternes, guirlandes de lumières et genou à terre viennent compléter cette demande, savamment manigancée et orchestrée par Barney.

 

Cela est d’autant plus beau que Christian Grey et Barney Stinson ne sont pas des références en matière de romantisme. En effet, alors que le premier est un adepte du sadomasochisme, le second est un « dragueur compulsif, mythomane et baratineur hors pair[4] » selon le Dictionnaire des séries télévisées. Le fort contraste entre les deux facettes des personnages permet ainsi de provoquer davantage l’effet de surprise et de construire la demande comme un véritable évènement. Ainsi, ils réalisent une demande en mariage extraordinaire, ne faisant qu’élever les attentes des potentiel(le)s futur(e)s fiancé(e)s.

 

Nous pouvons donc constater une forte influence des contenus audiovisuels sur nos pratiques : le spectaculaire et le romantisme sont de mise afin de créer un évènement inoubliable. Certains vont même jusqu’à s’emparer de l’outil cinématographique afin d’y appuyer leur demande, comme l’a fait Lee Loechler le 30 décembre dernier dans un cinéma de Brookline, dans le Massachussetts. En effet, alors que Lee et sa compagne, Sthuthi David, venaient assister au visionnage du classique La Belle au Bois Dormant dans le cinéma, la fameuse scène du réveil par le baiser du prince s’est trouvée être modifiée grâce à la complicité d’un ami dessinateur. Sthuthi David, dont il s’agit du film Disney préféré, a ainsi eu la surprise d’assister non pas à ladite scène mais à une scène de demande en mariage, avec des personnages qui étaient la copie conforme d’elle et son compagnon. Dans la suite de la scène, le prince lance l’écrin contenant la bague, les lumières de la salle de cinéma s’allument, Lee Loechler se lève et attrape un véritable écrin en plein vol : il pose ensuite le genou à terre, devant sa future femme qui fond alors en larmes[5].

 

Cette vidéo, disponible sur Internet, a eu un grand succès et illustre bien cette idée de parallèle entre mariage et conte de fées et plus précisément entre mariée et princesse d’un jour. Il est aussi très intéressant de se pencher sur les commentaires laissés à propos de cette vidéo lorsque celle-ci a été postée sur les réseaux : nombreuses sont les femmes qui identifiaient leurs compagnons afin de leur soumettre l’idée d’une demande aussi spectaculaire. Ainsi, la diffusion massive de ce genre de contenus audiovisuels entraîne la formation d’attentes qui peuvent être parfois particulièrement élevées. En effet, certaines femmes vont jusqu’à refuser la demande de leur mari, si celle-ci ne correspond pas à leurs attentes et à l’image qu’elles se faisaient de la scène. Ainsi, dans son ouvrage, Florence Maillochon cite Stéphanie, une femme au foyer qui « réclame trois demandes en mariage avant d’accepter non pas la question initiale (déjà réglée en amont), mais la formalisation de la scène[6] ». Cet exemple permet de bien comprendre l’importance de la mise en scène : même si la réponse est positive, il faut que la forme soit particulièrement soignée. Aussi, la demande en mariage participe du scénario socialisé et constitue en elle-même un mini spectacle encore plus éphémère.

Cependant, certaines productions prennent le contre-pied de cette demande idéale, ultra romantique et au décor paradisiaque. En effet, à l’image de Sheldon Cooper faisant sa demande sur le pas de la porte sans beau discours, alors que sa dulcinée est en peignoir dans The Big Bang Theory, certaines demandes sont bien loin de vendre du rêve. Néanmoins, elles font tout de même frissonner le spectateur car elles traduisent une grande évolution dans la relation entre les personnages. Même si le spectateur se projette bien moins volontiers (ce qui ne signifie pas en revanche qu’il ne peut pas davantage s’identifier à la situation), il n’en est pas moins heureux de voir un tel acte se réaliser.

 

Il faut également noter ici l’effet de surprise, qui participe à la constitution de la demande en tant qu’évènement extraordinaire. Alors que Sheldon Cooper est « imbu de lui-même et strictement incapable de s’adapter aux conventions sociales courantes[7] », le spectateur avait bien du mal à imaginer que ce personnage puisse un jour s’agenouiller pour demander quelqu’un en mariage.

En outre, un moment comme celui-ci « ne devient un véritable évènement que lorsqu’il est partagé, raconté, relayé, diffusé plus ou moins largement[8] ». Ainsi, sur internet et sur les réseaux sociaux, les vidéos de demande en mariage pullulent : il faut impressionner, non pas seulement sa future femme/son futur mari, mais aussi les internautes et tous ceux qui visionneront la vidéo. La sociologue ajoute en effet qu’en plus de passer par une mise en scène et une mise en récit, « la demande en mariage passe aussi par une mise en image[9] ». De plus, certains mariés ont carrément recours à un photographe professionnel pour mettre en scène la demande (c’est ce que l’on appelle les photos d’engagement), où « tout est scénarisé : le cadre, les habits et les postures, pour que le couple apparaisse dans toute sa perfection[10] ». Ainsi, la mise en ligne de ce genre de vidéos et photos transforme les internautes en véritable public, comparable à celui d’un spectacle et contribue au renforcement d’un collectif virtuel.

Enfin, il existe de nombreux cas de vidéos de fails ou ratages : refus de la demande, perte de la bague ou encore chute de l’un des deux futurs mariés, ces vidéos sont encore plus visionnées que celles qui se finissent bien. Il existe même des compilations de ces ratages[11]. Ce genre de vidéos montre bien qu’il y a un modèle précis que l’on souhaiterait reproduire, à savoir celui présenté dans les fictions, mais que la réalité est tout autre et parfois bien moins reluisante.

 

[Article issu de mon mémoire de recherche de Master 2 “Echange de promesses ou promesse sans échange ? Prégnance et ambivalence du mariage-spectacle comme phénomène social et audiovisuel“]

[1] MAILLOCHON Florence, La passion du mariage, coll. « Le Lien social », Presses Universitaires de France, 2016, p. 20.

[2] FOLEY James, Fifty Shades Darker [Cinquante Nuances plus Sombres], Universal Pictures, 2017, 118 min.

[3] BAYS Carter, THOMAS Craig, How I Met Your Mother, Bays&Thomas Productions / 20th Century Fox Television, 2005-2014, 208 épisodes.

[4] AHL Nils C. , FAU Benjamin, Dictionnaire des séries télévisées, 2016.

[5] « Amazing Surprise Disney Proposal ! », publié le 10 janvier 2020, consulté le 21 mars 2020, URL : https://www.youtube.com/watch?v=sgr_xLUOldw

[6] MAILLOCHON Florence, La passion du mariage, op. cit., p. 39.

[7] AHL Nils, FAU Benjamin,  Dictionnaire des séries télévisées, 2016.

[8] MAILLOCHON Florence, La passion du mariage, op. cit., p. 42.

[9] Ibid. p. 43.

[10] Ibid. p. 44.

[11] « Compile Demande en Mariage Fail », YouTube, publié le 18 avril 2013, consulté le 30 mars 2020, URL : https://www.youtube.com/watch?v=uGsPli47RMQ

Vous pourriez aussi aimer...